[Roman] Double jeu

Ecriture chronique Double jeuQuentin vient d’un milieu défavorisé et a passé sa dernière année scolaire à s’amuser avec ses amis, à tel point qu’il est viré de son lycée. Il entre donc à Clemenceau, le lycée intello de sa ville, l’opposé de ce qu’il connaît. Il se trouve alors enrôlé dans un cours de théâtre où il joue un personnage avec qui il partage beaucoup de points communs …

« On aura rien à me reprocher question attitude. Ce n’est pas pour ça que je me mettrai à travailler non plus, faut pas exagérer. » page 9

Le récit prend la forme d’une sorte de journal intime découpé comme une pièce de théâtre, en actes et scènes, pour nous mettre dans le bain. Car le théâtre est la pièce centrale du roman. Quentin n’y connaît rien mais découvre. Le parallèle entre lui et son personnage est saisissant car les deux viennent d’un milieu défavorisé et qu’ils se retrouvent confrontés au même dilemme : rester ici auprès de leur famille pour le restant de leurs jours ou partir et avoir une chance d’obtenir un travail meilleur. Les deux garçons se ressemblent tellement que, parfois, quand Quentin joue, on ne sait plus qui de lui ou de son personnage parle … Le roman – et la vie de Quentin – tourne donc autour du théâtre, et ce grâce à La Fernandez, la prof de français et de l’option théâtre qui, elle, croit en lui. En ses chances de faire bouger l’ascenseur social. Ou, au moins, elle lui ouvre cette porte, celle du théâtre et la sienne. Le lien qui l’unit à Quentin est fort grâce à ça : elle le prend sous son aile.

Pourtant l’intégration de Quentin n’est pas facile, il n’est pas dans son milieu. Malgré tout, on va apprendre à connaître certains élèves, des comédiens, notamment Heathcliff et Julie qui sont des personnages attachants.
Du côté de la famille, tout n’est pas simple non plus. A cause du travail de ses parents, Quentin est un peu le père de sa sœur et leur relation est touchante. Elle est encore petite mais justement, elle a l’honnêteté et la sensibilité d’une enfant.

« Changer. C’est ce qu’ils veulent tous. Il faut que j’arrête de poser des problèmes aux adultes. Que je cesse d’être dans leur ligne de vision, de mire, de tir. Que je bouge de là. Ce ce que je voudrais, oui. A l’intérieur je bous. J’aimerais être loin. Loin, genre à l’autre bout du monde. Me réinventer une existence avec un début moins pourri. » page 18, résumé

Double jeu tâche
Et avant de terminer cette chronique, je voulais aborder un dernier point, celui qui m’a fait ouvrir ce livre. C’est l’auteur. Jean-Philippe Blondel. J’aime retrouver sa plume, son style. Il est toujours question de personnages tellement humains, qui s’interrogent sur des sujets qui nous concernent.

Double jeu aborde – par le biais du théâtre – une histoire d’amitiés, de famille, d’amour, d’intégration et surtout, d’interrogations.

Double jeu de Jean-Philippe Blondel chez Actes Sud Junior

Publicités

3 réflexions sur “[Roman] Double jeu

  1. Si j’ai bien compris, c’est un roman mais écrit comme une pièce de théâtre ? Mais est ce que l’on y retrouve que des dialogues ou est ce que c’est parfois construit comme un roman de base ?
    le livre à l’air vraiment intéressant, et la couverture est très belle ! Je n’ai encore jamais lu Blondel !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s