[Roman] Le joueur d’échecs

Le joueur d'échecsPendant la Seconde Guerre Mondiale, l’imbattable Czentovic, le champion d’échecs se voit perdre une partie contre un inconnu qui dit ne pas avoir touché à un échiquier depuis 25 ans …

Penchons-nous d’abord sur les personnages, en commençant avec celui de Czentovic, excellent aux échecs mais ne sachant rien dans tout autre domaine, Stefan Zweig en parle ainsi :

« Ce gaillard ne sait qu’une chose, derrière son front barré, c’est qu’il n’a pas perdu une seule partie d’échecs depuis des mois, et comme il ne soupçonne même pas qu’il y a d’autres valeurs en ce monde que les échecs et l’argent, il a toutes les raisons d’être enchanté de lui-même. » page 25

Tandis que Monsieur B. (je regrette d’ailleurs qu’il n’ait pas de nom complet) est modeste et timide, bien plus agréable que son bête adversaire.

Le récit n’est étonnamment pas raconté par un des principaux protagonistes, ni même par un narrateur extérieur, mais par un personnage secondaire qui assiste à cette partie au dénouement inattendu et pousse d’ailleurs Monsieur B. à y prendre part. C’est à ce moment que l’on découvre pourquoi celui-ci est un si fin connaisseur. Je ne prends pas un grand risque  en vous le révélant puisque cela figure sur la quatrième de couverture. Néanmoins, vous pouvez parfaitement sauter le prochain paragraphe.
Monsieur B. avait été emprisonné par les nazis et avait subi une méthode de torture réservée aux « hôtes de marque », il était dans une chambre d’hôtel seul avec lui-même, sans rien pour s’occuper … jusqu’à ce qu’il vole un livre, un manuel d’échecs.

« Autour de moi, jamais rien d’autre que la table, l’armoire, le lit, le papier peint, la fenêtre. Aucune distraction, pas de livre, pas de journal, pas d’autre visage que le mien, pas de crayon qui m’eût permis de prendre des notes, pas une allumette pour jouer, rien, rien, rien. » page 66

Stefan Zweig réussit à nous passionner pour une partie d’échecs, aussi dérisoire soit-elle, comme si c’était quelque chose d’extraordinaire. Un véritable art.

Le joueur d’échecs est un court roman très intéressant sur la rencontre inattendue d’un champion hautain et d’un homme tout juste sorti de l’enfer qui plaira à tous même à ceux qui n’ont jamais touché à un échiquier.

Le joueur d’échecs de Stefan Zweig

Publicités

3 réflexions sur “[Roman] Le joueur d’échecs

  1. J’avais bien aimé ce roman ! Je vais sûrement paraître bizarre en disant ça, mais j’ai trouvé vraiment intéressant comment l’isolement a des conséquences psychologiques considérables !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s