[Roman] Les Éveilleurs livres 3 & 4

« Chut, écoutez-les!

Les livres savent ce que l’écrivain ne sait pas.
Ils vont où l’écrivain ne va pas.

Ils obéissent au commandement des livres :

‘Enrichissez-vous les uns les autres!' » Livre 3 page 255

InstagramCapture_78e63b50-b5bf-4eef-95c5-67e0412b52a1La saga continue et le sentiment de coup de cœur s’intensifie au fil des pages.

Je continue de m’extasier devant la beauté de l’écriture, la profondeur des personnages, la puissance émanant des lieux …

Dire que Pauline Alphen écrit bien serait mentir. En réalité, sa plume est magnifique. De plus, son style change selon les personnages. Si c’est vu du point de vue de Blaise, de Merlin, des Vifs ou de Maya, l’auteure n’utilisera pas les mêmes mots, ni les mêmes phrases.

« Merlin jouait dans ses rêves. Il volait. Les Anges volaient. Il chantait. Les Anges chantaient. Merlin jouait, il était les Anges.

Merlin jouait les yeux ouverts et il jouait les yeux fermés. Il n’y avait pas de distinction pour lui entre imaginer et agir, entre rêver et vivre. Il découvrait les autres, il explorait le monde, il inventait, il s’inventait. Il était libre. » Livre 4 page 203

« La nature des Anges et des Vifs est d’être. La nature de l’homme est de changer, d’évoluer sans cesse, d’exercer sa liberté et son libre-arbitre. Mais il ne le sait pas.

Si les hommes se souvenaient, si les éveilleurs accomplissaient leur destinée, cette nouvelle alliance serait possible. Les Vifs étaient prêts. Ils veillaient depuis si longtemps! Ils veilleraient encore. Car tels sont leur sature et leur pouvoir. » Livre 4 page 339

Les personnages sont de plus en plus approfondis et c’est un plaisir car ils sont fins, profonds, attachants … Sem, Tierra et Merlin sont davantage révélés au lecteur tandis qu’on plonge dans les tourments amoureux de Blaise. On retrouve Jad et l’Ange Gabriel, ce dernier toujours aussi énigmatique.InstagramCapture_d1538a40-36b5-44eb-b99f-9b074f5ccff8

Ces deux tomes nous emmènent toujours plus loin dans la découverte du monde post-catastrophe qu’est celui de Salicande. On se rend compte de ce qui se passe en dehors de ce petit havre de paix, des armes, des menaces, des bandits.

Le livre 4 est l’achèvement d’un cycle : l’évènement ayant lieu à la fin du premier livre trouve enfin sa signification grâce au rassemblement de l’Alliance, du Peuple des Arbres et des jeunes. Néanmoins, je pense que cette saga n’est pas finie car tout n’est pas encore revenu à la normale …

Avec l’organisation du Conseil pour organiser la vie de Salicande, on découvre des personnages jusqu’à présent peu exploités car peu utiles auparavant. « Ce crétin de Lep », Bia, Luz, Mir, Luven …

Les Éveilleurs est définitivement une saga à lire, avec des personnages toujours plus attachants, des lieux toujours aussi magnifiques et un univers toujours aussi étonnant.

« La Nomade sourit. Le roman s’appelait Cent Ans de solitude. La lecture ne comporte pas de hasard, seulement de la chance. La lecture est une errance inspirée, une quête dont le but n’est pas d’arriver, de connaître la fin de l’histoire, mais de lire, de naviguer, de voyager. » Tome 4 page 16

« Les humains n’ont pas besoin de dormir pour voyager dans le Quatrième Temps, mais ils ne le savent pas et se contentent de l’arpenter dans leurs rêves pour l’oublier au réveil. » Livre 3 page 401

« Les livres consolent, les livres accompagnent, les livres pressentent. » Livre 4 page 16

Les Éveilleurs livre 3 : L’Alliance & livre 4 : Le Passage de Pauline Alphen chez Hachette

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s