[Roman] Les Éveilleurs livre 2 : Ailleurs

InstagramCapture_1f0f6556-6427-4822-8c06-a8b62bf5d0edRetour sur le second volet de la merveilleuse saga de Pauline Alphen.

J’avoue avoir été un peu perdue au début du tome et n’avoir que peu accroché aux soixante premières pages car j’avais lu le tome un environ un an plus tôt et car je ne me souvenais pas de grand-chose.

Dans ce second opus, on retrouve avec joie la belle plume de l’auteure, les personnages profonds et hauts en couleurs. Claris, perdue en elle-même, Jad essayant de comprendre l’issue du tournois des Mille Chemins, Ugh de retourner à Salicande, Blaise de les retrouver tous les trois, Maya de faire le deuil et de retrouver sa fille, Chandra de continuer à voir la vie du bon côté, Blanc-Faucon de comprendre l’histoire des Temps d’Avant, Ellel de devenir Nomade de l’Ecriture.

Contrairement au premier tome qui se déroulait uniquement à Salicande ou dans les Trois Valées, le second volet diversifie les lieux. De nouveaux apparaissent, l’île, les limbes et on redécouvre Vieil-Ambre.

Revenons à l’île. Dans cet endroit merveilleux où il fait toujours chaud et beau, où il y a trois soleils, Ouroucoum, Rad et Aram, Claris va apprendre à faire connaissance avec elle-même. Cet endroit extrêmement bien décrit nous fait rêver.

De nouveaux personnages font leur apparition : l’ange Gabriel, Sinha et d’autres plus discrets. Le personnage de Blanc-Faucon est plus développé. On apprend à le connaître et à l’apprécier.

Les Éveilleurs est aussi une critique des Temps d’Avant, autrement dit notre temps, où la technologie envahit tout. Car malgré ses allures d’Héroic Fantasy, c’est une saga de science-fiction. Le monde a subit une Grande Catastrophe qui a rayé une très grosse partie de la population, dévastant notre planète. Les Hommes sont revenus aux meurs du Moyen-Âge et étonnamment, la vie en est simplifiée.

Détail original, il n’y a pas d’ennemi, de méchant mais jamais on ne ressent un manque d’action.

La saga parle aussi des Nomades de l’Écriture, des personnes qui voyagent pour trouver l’inspiration. On parle donc aussi de lecture et la série est truffée de références à la littérature, principalement jeunesse, l’auteure allant jusqu’à citer Tobie Lolness ou L’Odalisque et l’Éléphant.

Les livres sont découpés en parties, puis en chapitres et eux-mêmes en sous-chapitres, alternant de personnages à chaque fois ce qui renforce le dynamisme de la série.

Pour résumer, je dirais que Les Éveilleurs est une série qui mérite l’attention, merveilleusement bien écrite avec des personnages hauts en couleurs. Un coup de cœur.

Les Éveilleurs Livre 2 : Ailleurs de Pauline Alphen chez Hachette.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s